Other Manual Translations: English

Ce que cela signifie d'être témoin: Honorer notre vœu méthodiste uni

Un membre de la Gathering United Methodist Church de St. Louis travaille avec un élève de la Washington école primaire dans le cadre du projet d'alphabétisation de l'église. Photo gracieuseté de The Gathering.
Un membre de la Gathering United Methodist Church de St. Louis travaille avec un élève de la Washington école primaire dans le cadre du projet d'alphabétisation de l'église. Photo gracieuseté de The Gathering.
Dans le cadre du Baptismal Covenant de l'Église Méthodiste Unie, les nouveaux membres promettent de participer fidèlement à une congrégation locale par leurs prières, leur présence, leurs dons, leur services et leur témoignage. Mais, comment peuvent-ils aller au-delà des mots qu'ils professent pour vivre réellement ces vœux? Dans une série spéciale en cinq parties, nous examinons chaque aspect de ce vœu d'adhésion et comment les méthodistes unis peuvent répondre à l'appel à servir le Christ à travers l'église locale.

Les membres de l'Église Méthodiste Unie Gathering à St. Louis passent beaucoup de temps à l'école ces jours-ci. Chaque jour de la semaine, vous trouverez des membres d'église dans les écoles élémentaires de Peabody ou de Washington lisant aux enfants et apportant un soutien au personnel de l'école et aux familles.

Leurs efforts s'inscrivent dans le cadre du Projet d'alphabétisation, un ministère de proximité du Gathering (Rassemblement), qui s'est engagé à améliorer le taux d'alphabétisation dans les écoles publiques de St. Louis.
 
Le Projet d'alphabétisation est un ministère de sensibilisation à The Gathering qui s'est engagé à améliorer le taux d'alphabétisation dans les écoles publiques de St. Louis. Photo gracieuseté de The Gathering.
«Notre témoin est présent dans certaines des écoles les moins performantes de notre État —des lieux que le public a largement négligés ou oubliés», a déclaré Sabra Engelbrecht, directrice exécutive des ministères de The Gathering (Le Rassemblement), une congrégation multisite comptant plus de 700 membres et 1200 adorateurs hebdomadaires.

Identifier les besoins d'une communauté et passer à l'action, tel est le but du témoin, a déclaré le révérend Mark W. Stamm, auteur de «Our Membership Vows» (Nos vœux d'adhésion), une Ressource de Discipleship Ministries. Les congrégations méthodistes unies le font tous les jours, qu'il s'agisse de fournir un refuge aux immigrants, d'offrir des services de garde après l'école aux enfants à risque, d'aider les sans-abri ou de défendre les marginalisés.

Lorsque de nouveaux membres rejoignent l'Église Méthodiste Unie, ils professent les vœux de l'Alliance baptismale. Ils jurent de renoncer au mal et d'être fidèles au Christ à travers l'Église Méthodiste Unie mondiale. Ils promettent également d'être des participants actifs dans une congrégation locale, s'engageant «à participer fidèlement à ses ministères par leurs prières, leur présence, leurs dons, leur service et leur témoignage».

Le mot «témoin» a été ajouté par la Conférence Générale Méthodiste Unie de 2008 pour souligner la mission et les responsabilités évangéliques des membres d'église. Cela rappelle également aux méthodistes unis de vivre leurs vœux en public. Les églises doivent discerner localement comment elles vont faire cela d'une manière spécifique et à un endroit spécifique, a déclaré Stamm, qui est professeur de culte chrétien à la Perkins School of Theology (École de Théologie Perkins) de la Southern Methodist University (Université Méthodiste du Sud), à Dallas.

«Nous nous engageons au baptême à résister au mal et à nous repentir de notre péché. Nous nous engageons à résister à l'injustice et à l'oppression et à travailler contre eux. Donc, la question est: ‘Où est l'injustice dans le lieu où nous vivons? Avons-nous le courage de le nommer là où nous vivons? Et si nous le nommons, alors, à quoi ressemblerait-il?».

Pour l'Église Méthodiste Unie Barnes à Indianapolis, cette injustice est la violence des jeunes.

À la fin des années 90, le quartier de Barnes était parmi ceux qui menaient la ville dans les homicides, a déclaré le révérend Charles Harrison, pasteur principal de l'église. Il a dit que la violence affectait l'église. «Cela créait de la peur. Les gens avaient peur de venir dans le quartier à cause du niveau élevé de violence, des gangs et des trafiquants de drogue, alors nous essayions de répondre à cela», a-t-il dit.

Indianapolis Ten Point Coalition, une organisation à but non lucratif confessionnelle visant à réduire la violence et les homicides dans les quartiers environnants, est née de leurs efforts.

Depuis près de deux décennies maintenant, des membres de Barnes UMC et d'autres bénévoles marchent dans les rues en engageant des jeunes à risque lors des marches religieuses hebdomadaires de Ten Point. De nombreux membres de l'église sont eux-mêmes d'anciens délinquants, d'anciens trafiquants de drogue et des membres de gangs, a déclaré Harrison, président de la coalition.

Le révérend Charles Harrison (troisième à gauche) et les membres de l'Église Méthodiste Unie Barnes participent à des marches religieuses hebdomadaires pour aider à réduire la violence chez les jeunes dans trois quartiers d'Indianapolis. Photo gracieuseté de Ten Point Coalition.
«Ils sortent la nuit dans les zones où nous subissons les niveaux de violence les plus élevés, et leur rôle est de trouver des personnes impliquées dans le trafic de drogue, celles qui peuvent être impliquées dans des vols ou des activités de gangs. Et ce qu'elles font, c'est partager leur histoire avec les jeunes sur les erreurs qu'ils ont commises dans leur vie et qui ont conduit bon nombre d'entre eux à emprisonner ... Ils parlent du rôle que Dieu a joué dans leur vie pour aider à changer des vies et à avancer dans le bon sens», dit Harrison.

«Nous nous considérons comme la lumière du Christ au milieu de ces communautés qui vivent beaucoup de violence, de pauvreté, de manque de possibilités d'éducation de qualité, de familles brisées, et notre présence même là-bas dit aux gens que nous nous soucions».

C'est le témoignage lorsque vous faites des choses comme ça et que vous les faites publiquement, a déclaré Stamm.

«Vous discernez en tant que congrégation que c'est la façon particulière dont Dieu nous demande d'être fidèles à nos vœux de baptême en ce lieu», a-t-il dit.
Les méthodistes unis peuvent également témoigner individuellement à leurs collègues, amis et voisins.

«Si nous pouvons nous sentir soulagés de penser, nous devons d'une manière ou d'une autre être particulièrement articulés théologiquement pour être des témoins, si nous pouvons surmonter cela ... Nous ne demandons pas aux gens d'être des prédicateurs et des enseignants amateurs ... nous leur demandons de vivre en accord avec les Evangile», a déclaré Stamm.

Mener une vie chrétienne par l'exemple est une forme de témoignage, qu'il s'agisse d'agir avec intégrité sur le lieu de travail, de montrer de la compassion aux voisins ou d'aider les autres à incarner l'amour du Christ par le plaidoyer et la sensibilisation.

La nouvelle méthodiste unie Jill Schmalz, qui est devenue membre de The Gathering  (Rassemblement) UMC l'automne dernier, vit activement sa foi à travers le bénévolat, les ministères en petits groupes et les cours d'éducation chrétienne. Elle a dit qu'il existe des moyens faciles de témoigner dans la vie de tous les jours.

«Parfois, cela peut être aussi simple que d’aller à l’église lorsque vous parlez de vos plans de week-end ... Les gens sont curieux et la plupart d’entre nous ont éprouvé ce désir d’avoir un objectif plus large ou une meilleure compréhension des Lorsque vous devenez accessible et prêt à écouter, les gens vous poseront des questions sur la foi... Je suis heureux de partager mon histoire avec les autres», a-t-il déclaré.

Stamm a déclaré aussi que cela commence par des gens qui croient qu'ils peuvent faire une différence.

«Tout type d'intervention positive dans un système peut commencer à changer l'ensemble du système», a-t-il dit. «Un témoignage positif dans un endroit particulier peut commencer à changer la communauté. C'est vraiment possible».

Ce texte a été initialement publié le 30 octobre 2017.

Julie Dwyer est rédactrice et éditrice pour United Methodist Communications. Contactez-la à [email protected].