Other Manual Translations: English 한국어 Português Español

Qu’est-ce que le nationalisme chrétien?

Croix et drapeau des États-Unis symbolisant le nationalisme chrétien
Croix et drapeau des États-Unis symbolisant le nationalisme chrétien

« Jésus. Armes à feu. Trump »

C’est ainsi que cela se lit sur une pancarte tenue en l’air par une foule d’insurgés devant le Capitole des États-Unis le 6 janvier 2021.

Qu’est-ce que ces mots ont à voir les uns avec les autres? Pour beaucoup de gens: très peu, voire rien du tout. Sur le plan biblique, il existe peu de preuves pour lier les trois entités. La Bible ne fait aucune mention des armes à feu ou de Donald Trump. Jésus a parlé de manière ambiguë des armes, disant que « Tous ceux qui prendront l’épée périront par l’épée » (Matthieu 26:52). Tout en offrant ailleurs une suggestion à ses disciples d’acheter une épée (Luc 22: 35-38). Ce dernier enseignement a dérouté les savants pendant des siècles, car il existe des arguments pour l’interpréter à la fois littéralement et pour l’interpréter comme un autre des enseignements hyperboliques de Jésus (ici à la limite du sarcasme). Même si nous acceptons l’enseignement de Jésus sur l’achat d’une épée comme une directive littérale, il n’a certainement pas épousé un stock d’armes - quand ses disciples ont proposé qu’ils avaient déjà deux épées, Jésus a répondu: « Cela suffit! »

Cependant, Il y a des gens qui voient les mots « Jésus, les armes et Trump » dans un contexte de rouge, de blanc et de bleu, et qui estiment qu’il y a un lien fort. Ces mots dans ce contexte sont une expression du nationalisme chrétien - une conflagration souvent déformée de l’identité nationale et de l’identité chrétienne.

Qu’est-ce que le nationalisme chrétien ?

"God Guns and Trump" tshirt

« Le nationalisme chrétien identifie la nation avec la volonté et l’action de Dieu dans le monde; confond l’identité nationale et chrétienne et identifie le service à la nation avec le service à Dieu », écrit le Dr David W. Scott, qui est historien méthodiste et directeur de la théologie missionnaire au Conseil général des ministères mondiaux de l’Église méthodiste. « Le nationalisme chrétien fournit une couverture morale aux actions, même inappropriées, entreprises dans la poursuite d’objectifs nationaux ou politiques ».

Le Dr Kristin Kobes Du Mez, auteur de Jesus and John Wayne, pousse l’idée que le nationalisme chrétien offre une couverture morale un peu plus loin, notant que le nationalisme chrétien adhère à « la croyance que l’Amérique est la nation choisie par Dieu et doit être défendue en tant que telle ».

Ceux qui adhèrent à un point de vue nationaliste chrétienne assument un devoir religieux en défendant leurs croyances à l’égard de la nation. Beaucoup de ceux qui ont pris d’assaut le Capitole des États-Unis se sont sentis tout à fait naturels en brandissant les bannières « Jésus 2020 » et « Jésus sauve! ». Ils croyaient que leurs actions étaient une défense de la nation et donc sanctionnées par Dieu.

Les événements du 6 janvier 2021 exposent les dangers du nationalisme chrétien. L’union d’une ferveur religieuse avec des événements domestiques suscite une passion et un sentiment de priorité que beaucoup d’entre nous considèrent comme déplacés - en particulier ceux d’entre nous dans la sphère chrétienne qui rejettent une perspective nationaliste chrétienne. Les priorités nationales ne sont tout simplement pas égales aux priorités de Dieu. Nous en prenons pleinement conscience lorsque nous avons des désaccords sur nos priorités nationales.

Beaucoup de ceux qui ont pris d’assaut le Capitole l’ont fait sous la présomption qu’ils défendaient la démocratie. Le reste d’entre nous pense qu’ils essayaient de renverser la démocratie. Supposer qu’un côté travaille au nom de Dieu tandis que l’autre travaille dans le rejet de l’ordre divin est une perversion de l’unité qui pourrait exister, au moins, la reconnaissant des idéaux spirituels communs. Cette unité spirituelle ne peut pas exister lorsque nous suggérons que les vrais chrétiens portent des chapeaux rouges et portent les drapeaux « Ne marchez pas sur moi » ou non.

Le danger est de confondre notre identité chrétienne et notre identité nationale. Nous pouvons être chrétiens, nous pouvons aussi être américains. Mais supposer qu’être américain signifie être chrétien et qu’être chrétien signifie se tenir à une vision étroite de ce que signifie être américain se limite à tout ce qui précède.

Le Dr Scott a déclaré : « Il y a une longue histoire de nationalisme chrétien aux États-Unis, et c’est souvent le type de nationalisme qui tente d’exclure les autres. Le nationalisme chrétien américain a essayé de définir les États-Unis comme une nation protestante blanche et d’exclure tous les autres: catholiques, afro-américains, peuples autochtones, immigrants, juifs, musulmans, etc. »

Le nationalisme chrétien limite donc qui nous sommes dans notre identité spirituelle et qui nous sommes dans notre identité américaine. Et c’est la route encore plus dangereuse vers la croyance que la nation est infaillible. Le nationalisme chrétien fait de la nation une idole - le pays devient un objet de culte interchangeable. Nous croyons que nous servons Dieu en servant le pays.

Pourquoi le nationalisme chrétien est-il attrayant?

Le Dr Scott croit qu’il existe un appel pour les chrétiens à être nationalistes et pour les nationalistes de ressentir une attirance vers le christianisme. « Il est très attrayant de pouvoir enraciner ses croyances nationalistes dans une religion qui donne à ces croyances un sentiment de réalité ultime. Les dirigeants politiques ont utilisé la religion à leurs propres fins tout au long de l’histoire », a-t-il noté.

L’alignement des idéologies nationalistes avec les croyances religieuses leur confère un sentiment d’importance et de légitimité. Transformer les pensées nationalistes en croyances religieuses les fait passer d’opinions politiques à des normes de foi. Ainsi, ceux qui cherchent à fournir une base pour légitimer leurs opinions politiques trouvent une valeur en affirmant que leurs pensées sont établies par l’ordre Divin.

Prenez, par exemple, l’histoire mentionnée précédemment sur les instructions de Jésus d’acheter une épée dans Luc 22, 35-38.

Il leur a dit: « Quand je vous ai envoyé sans sac à main, sac ou sandales, avez-vous manqué de quoi que ce soit? » Ils ont dit: « Non, rien. » Il leur a dit: « Mais maintenant, celui qui a un sac à main doit le prendre, ainsi qu’un sac. Et celui qui n’a pas d’épée doit vendre son manteau et en acheter un. Car, je vous le dis, cette Écriture doit s’accomplir en moi: ‘Et il a été compté parmi les impies’; et en effet ce qui est écrit sur moi s’accomplit. » Ils ont dit : « Seigneur, regarde, voici deux épées. » Il répondit : « Ça suffit. »

Un partisan de la possession d’armes à feu pourrait regarder ce verset et déclarer que Jésus nous enseigne à nous armer. L’histoire donne une légitimité religieuse à une persuasion politique. [Notez que nous avons précédemment détaillé qu’il y a ceux qui croient aussi que Jésus ne préconise pas la possession d’armes ici aussi.]

Que pouvons-nous faire du nationalisme chrétien?

 

Selon le Dr Scott, « la meilleure protection contre le nationalisme religieux que je connaisse est d’apprendre des chrétiens (et d’autres) qui sont différents de vous. » Nous commençons à nous protéger contre le nationalisme chrétien en adoptant un état d’esprit selon lequel notre identité spirituelle et humaine remplace notre identité nationale. « Apprendre à voir Dieu dans les autres qui sont en dehors de notre sens de qui comprend notre nation ou notre groupe nous rappelle que Dieu est plus grand que n’importe quel groupe politique ou social. »

Une façon de garder devant nous la leçon de la connexion humaine est de s’engager dans le travail missionnaire - ou le travail de représentation de l’amour et de la miséricorde de Dieu envers les autres. « La mission, parce qu’elle implique des interactions entre chrétiens au-delà des frontières nationales et culturelles, a toujours été l’un des moyens les plus importants pour faciliter ce type de rencontre et d’apprentissage mutuel, même si cela peut également se produire d’autres manières », a noté le Dr Scott.

« Le christianisme possède également de nombreuses ressources théologiques pour penser à nous-mêmes en tant que citoyens du ciel et des frères et sœurs de tous les autres humains, et non des partisans d’un groupe national particulier », a-t-il poursuivi. Se joindre au processus d’extension de la grâce de Dieu au-delà des frontières culturelles est une manière significative de témoigner à la famille élargie de la foi. Vous pouvez en apprendre davantage en lisant sur le travail missionnaire et la communauté de foi mondiale sur UMGlobal.org