Other Manual Translations: English español

Appelé à réconforter ceux qui pleurent

Taylor Hall, une étudiante d’Indianapolis âgée de 19 ans, pense que son appel est d’utiliser sa voix pour ceux qui ne peuvent pas se défendre. Photo gracieuseté de Taylor Hall.
Taylor Hall, une étudiante d’Indianapolis âgée de 19 ans, pense que son appel est d’utiliser sa voix pour ceux qui ne peuvent pas se défendre. Photo gracieuseté de Taylor Hall.

Lorsque Taylor Hall lit Ésaïe 61, la femme d’Indianapolis, âgée de 19 ans, entend son appel dans ces versets, en particulier les mots: « … pour réconforter tous ceux qui pleurent… ».
 
« Je dirais que Dieu veut vraiment que je joue un rôle de leadership pour utiliser ma voix pour défendre les gens qui ne peuvent pas », dit Hall. « Ésaïe 61 est pour moi. »

Mettant son appel en hyper propulsion ces derniers mois, la junior du collège travaille contre l’injustice raciale en formant une organisation à but non lucratif nommée Black Women in Charge (Femmes Noires en Charge), en organisant des manifestations pacifiques, et en enregistrant et en diffusant une chanson et une vidéo intitulée « I Can’t Breathe » (« Je ne peux pas respirer »). »

Hall a pris sa place dans un héritage familial commencé par son grand-père, le révérend Dr. Kent Millard, ancien pasteur principal de l’Église Méthodiste Unie de St. Luke et président du Séminaire Théologique Uni.

Hall, qui a été baptisée et a grandi à l’église méthodiste unie St. Luke, a souvent entendu les histoires de la marche de son grand-père aux côtés du révérend Martin Luther King dans les années 1960.
 
« Il venait toujours à mon école et parlait de défendre ce qui est juste », se souvient Hall de sa jeunesse. « Il m’a inspiré. Il était à l’université quand il a marché avec Martin Luther King », fait-elle remarquer. « J’ai l’impression que s’il faisait ça, je devrais être capable de le faire aussi. »

Avant une récente manifestation à Indianapolis, elle a demandé conseil à son grand-père. Il a dit d’être non-violente mais d’utiliser sa voix et de dénoncer les injustices.

Lors de ce rassemblement de dizaines de milliers de personnes, Hall a interprété sa chanson, « I Can’t Breathe » (« Je ne peux pas respirer »), qui a été écrite par le père de Hall, Eddie Hall. La chanson incorpore la phrase répétée par George Floyd (et d’autres) avant de mourir à la suite de la brutalité policière. La vidéo combine des images de 2020 avec des photos du mouvement des droits civiques des années 1960.
 
« I Can’t Breathe » (« Je ne peux pas respirer ») est le premier single de Hall.
 
« Je n’avais jamais sorti de musique auparavant », souligne-t-elle, « mais je me sentais appelée à faire passer ce message. »
L’activiste d’Indianapolis Taylor Hall interprète sa chanson « I Can’t Breathe » (« Je ne peux pas respirer ») lors d’une manifestation pacifique en faveur de la justice raciale. Photo gracieuseté de Taylor Hall.
L’activiste d’Indianapolis Taylor Hall interprète sa chanson « I Can’t Breathe » (« Je ne peux pas respirer ») lors d’une manifestation pacifique en faveur de la justice raciale. Photo gracieuseté de Taylor Hall.
• Le calendrier de Hall commence à se remplir alors qu’elle prend la parole et se produit lors de collectes de fonds, de rassemblements de jeunes et d’autres événements à but non lucratif. C’est lors de ces événements que les gens demandent souvent à Hall ce qu’ils peuvent faire, une question pour laquelle elle lance trois appels à l’action:

• Voter
• Être un ami
• Levez-vous et parlez

Les trois étapes simples —mais pas toujours faciles— signifient « se faire des amis avec des gens qui ne vous ressemblent pas nécessairement », explique-t-elle. « Et levez-vous quand vous voyez quelque chose qui ne va pas, quelle que soit la situation. Vous avez le privilège de vous lever et d’être un allié.

La plupart du temps, Hall est encouragé par ce qui se passe aux États-Unis avec des manifestations pacifiques et des conversations importantes. Les jours où elle se sent dépassée, elle dit que Dieu est prompt à envoyer un encouragement.
 
« Parfois, c’est un membre de la famille qui m’appelle pour me dire quelque chose qu’il s’est senti poussé à partager ou c’est un verset biblique qui apparaît sur mon application téléphonique ou un sermon que j’ai entendu ce jour-là », dit-elle.

« Je reçois vraiment un message de Dieu qui me dit de continuer. »

*Crystal Caviness travaille pour UMC.org à United Methodist Communications. Contactez-la par courriel ou en appelant le 615-742-5138.

Cette histoire a été publiée le 4 août 2020.

Rejoignez-nous le 26 août 2020 pour une discussion à la mairie avec un groupe de leaders émergents qui discutent de leurs stratégies pour démanteler le racisme. En savoir plus ici.