Other Manual Translations: English 한국어 español

Vivre la Charte de la justice raciale

La Charte de la justice raciale des femmes méthodistes unies a plaidé pour l’égalité raciale pendant plus de 40 ans. Sur la photo (de gauche à droite): Dionne P. Boissier, Sung-ok Lee, Emily Jones, lors d’un événement en 2018. Photo gracieuseté de United Methodist Women.
La Charte de la justice raciale des femmes méthodistes unies a plaidé pour l’égalité raciale pendant plus de 40 ans. Sur la photo (de gauche à droite): Dionne P. Boissier, Sung-ok Lee, Emily Jones, lors d’un événement en 2018. Photo gracieuseté de United Methodist Women.

Et si changer deux petits mots pouvait faire une différence significative dans le travail de justice raciale?

« Si nous pouvons atteindre ‘nous et nous’ et nous éloigner de ‘eux et eux’, cela en dira long », déclare Darlene Alfred, une femme méthodiste unie qui défend la justice raciale dans son État natal du Texas.

Répondre à cette question, ainsi que proposer des mesures d’action pour lutter contre le racisme aux États-Unis fait partie du travail de longue date des Femmes Méthodistes Unies (UMW). La Charte pour la justice raciale a été créée et adoptée par la Division des femmes (maintenant Femmes Méthodistes Unies) du Conseil général méthodiste uni des ministères mondiaux en 1978. En 1980, la Conférence générale a adopté la charte pour toute la dénomination et l’a réadoptée consécutivement tous les huit ans, le plus récemment en 2016.

Emily Jones
Emily Jones

« Nous avons parcouru un long chemin et nous avons encore un long chemin à parcourir », déclare Emily Jones, une dirigeante pour la justice raciale, United Methodist Women (photo de droite). « Nous célébrons les progrès », dit Jones, « mais nous ne sommes pas naïfs quant à savoir jusqu’où nous devons aller pour vivre pleinement ce que Dieu appelle. »

Dans l’ensemble, les dirigeants de l’UMW organisent des discussions, des études de groupe, des manifestations pacifiques et d’autres activités à l’appui de la Charte de la justice raciale, un travail qui comporte deux volets dans son approche.

« De quelle manière vivons-nous fidèlement et de quelle manière vivons-nous raciste? Le travail d’auto-analyse interne est si important. Et le travail externe de justice et de plaidoyer est également important lorsque nous réfléchissons au racisme environnemental, aux taux de mortalité maternelle, au pipeline école-prison et aux droits de vote », souligne Jones.

Darlene Alfred
Darlene Alfred

Alfred (photo, à gauche) travaille depuis des décennies, dirigeant des jeunes de son église, ainsi qu’un groupe œcuménique d’adultes de sa communauté. En plus de son travail à l’UMW avec la justice raciale et la violence domestique, Alfred fait partie d’un groupe qui apporte une législation aux dirigeants du gouvernement local pour soutenir les initiatives.

 « Nous essayons de montrer aux gens qu’il existe plusieurs façons de faire quelque chose », explique-t-elle. « Lorsque nous parlons d’être pro-noirs, cela ne veut pas dire que nous sommes contre tout le reste. Cela signifie que nous reconnaissons qu’il existe une inégalité. Cela a toujours été là. »

 « Nous devons tous nous souvenir du moment où Dieu a créé l’homme; Il a regardé et a dit: ‘C’est bien’. Il n’a pas dit: ‘C’est assez bien’. Il est normal que cette personne ne fasse pas aussi bien que moi parce que je vais bien. »

Cherchez d’abord à comprendre

L’éducation est le point de départ, garantissant que tout le monde comprend les termes et les définitions, déclare Vicki Busby, membre de l’équipe de soutien de la Charte de justice raciale de l’UMW. Busby organise et anime des ateliers tout au long de la Conférence du nord du Texas. Grâce à ces conversations, Busby a appris que les Blancs ne peuvent pas efficacement enseigner aux autres Blancs l’injustice raciale.

 « Si vous avez une conversation avec un groupe diversifié, les Blancs doivent écouter. Vous devez écouter les histoires des Noirs, les défis qu’ils ont devant eux », dit-elle. « C’est ce qui va aider à réduire le racisme systémique.»

 « D’abord, vous le reconnaissez », dit Busby, « puis vous demandez, ‘que faisons-nous ensuite?’».

"Une des choses qui me fondent dans ce travail est que le racisme est un rejet des enseignements de Jésus-Christ."

 

Debout, les Blancs

Alors qu’Alfred convient avec Busby qu’il faut des Noirs pour enseigner aux Blancs l’injustice raciale, Alfred pense également qu’il faut des Blancs pour dénoncer les injustices et résister aux actes répréhensibles.

« Je peux le soutenir », dit Alfred, « mais ma sœur blanche peut le dire et il a plus de poids. Je peux avoir le meilleur discours, mais ce doit être quelqu’un de pas de couleur qui dit: "Nous avons tort." »

Alfred encourage également ses frères et sœurs blancs à comprendre le privilège des blancs et à utiliser ensuite son pouvoir pour changer le statu quo de l’injustice raciale.

Nous devons comprendre le pouvoir que (les Blancs) ont et comprendre ce que ce pouvoir peut faire », dit Alfred. « Sur quoi avez-vous une influence? Où l’avez-vous utilisé pour de bon… ou pas?

La Charte de justice raciale de l’UMW

Vicki Busby
Vicki Busby

Busby (photo, à droite) constate que les gens veulent faire quelque chose, mais sont souvent bloqués sans savoir par où commencer. La Charte de la justice raciale énumère huit façons de s’impliquer. Si la liste semble accablante, choisissez-en une et commencez par là, dit l’exécutif.

Lorsqu’on lui a demandé, Busby peut rapidement réciter des façons de s’impliquer, des activités qui incluent:

• Votez localement et nationalement

• Protester pacifiquement

• Impliquez-vous dans le système éducatif pour vous assurer que l’éducation est inclusive, exigez la diversité des collèges

• Témoignez - offrez votre aide si des personnes de couleur sont arrêtées par la police et harcelées. « Celui-là demande plus de courage », admet Busby.

• Soutenir les entreprises appartenant à des personnes de couleur

• Boycottez les entreprises qui exploitent les travailleurs de couleur

• Boycottez les banques qui ont des pratiques discriminatoires

• Soutenez l’art créé par des personnes de couleur

• Poussez votre maire ou votre conseil municipal pour une réforme de la police

Les mots clés, souligne-t-elle, sont « soyez intentionnels. »

« Le travail est un défi et ce n’est pas toujours agréable », dit Busby. « Il y a tellement de travail à faire que cela peut parfois être accablant. Mais l’une des choses qui me motive dans ce travail est que le racisme est un rejet des enseignements de Jésus-Christ. »

Note: Les Femmes Méthodistes Unies accueillent des hommes et des femmes de tous les horizons œcuméniques pour se joindre à elles dans son travail. Pour en savoir plus, visitez UnitedMethodistWomen.org/racialjustice.

Pour plus d’informations sur les événements et les ressources méthodistes unies sur le thème de la justice raciale, visitez UMC.org/endracism.

* Crystal Caviness travaille pour UMC.org à United Methodist Communications. Contactez-la par courriel ou au 615-742-5138.

Cette histoire a été publiée le 28 août 2020.