Other Manual Translations: English 한국어

Que veut dire la Bible par « paix » ?

Le mot shalom est l’hébreu pour la paix et décrit l’harmonie entre l’humanité et toute la bonne création de Dieu. Photo de RÜŞTÜ BOZKUŞ, avec l’aimable autorisation de Pixabay.
Le mot shalom est l’hébreu pour la paix et décrit l’harmonie entre l’humanité et toute la bonne création de Dieu. Photo de RÜŞTÜ BOZKUŞ, avec l’aimable autorisation de Pixabay.

Le mot hébreu que nous traduisons par paix est « shalom ». La façon dont « shalom » est utilisé ne signifie pas se sentir calme ni l’absence de conflit. Au lieu de cela, shalom, la paix, est le résultat de bonnes relations avec Dieu, les uns avec les autres et avec la création. Le concept de paix est la plénitude dans toute la vie.

Le Conseil des évêques méthodistes unis, dans sa déclaration de 1986 « Pour la défense de la création », a décrit le fondement biblique de la paix :

« Au cœur de l’Ancien Testament se trouve le témoignage de shalom, ce merveilleux mot hébreu qui signifie paix. Mais la paix qui est shalom n’est pas négative ou unidimensionnelle. C’est bien plus que l’absence de guerre. Shalom est la paix positive : harmonie, complétude, santé et bien-être dans toutes les relations humaines. C’est l’état naturel de l’humanité telle qu’elle est née de Dieu. C’est l’harmonie entre l’humanité et toute la bonne création de Dieu. Toute la création est interdépendante. Chaque créature, chaque élément, chaque force de la nature participe à l’ensemble de la création. Si quelqu’un se voit refuser le shalom, tous sont ainsi diminués. » ( Dimanche de la paix avec la justice et offrande spéciale , Livre des résolutions 2016 ) 

Dans le Nouveau Testament, Paul commence ses lettres par « Grâce et paix à vous de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus-Christ ». Les évêques ont expliqué : « Les lettres de Paul annoncent que Jésus-Christ est « notre paix ». C’est le Christ qui « a brisé la barrière de la haine qui nous séparait », créant une seule humanité, surmontant l’inimitié, faisant ainsi la paix ( Ephésiens 2:14-19 ).

Les méthodistes unis reconnaissent que « la terre de Dieu a soif de paix . Les conflits domestiques, la violence et les abus interpersonnels, les conflits civils, les affrontements ethniques et raciaux, le schisme religieux et la rivalité interconfessionnelle, les attaques terroristes, les guerres entre nations et la menace d’utilisation d’armes nucléaires, chimiques et biologiques — tout cela nous empêche d’atteindre le shalom de Dieu. »

« La Bible fait de la justice la compagne inséparable de la paix ( Ésaïe 32 :17; Jacques 3 :18 ). Les deux pointent vers des relations justes et durables dans la société humaine, la vitalité de nos liens avec la terre, le bien-être et l’intégrité de la création. Concevoir la paix en dehors de la justice, c’est compromettre l’espérance que la justice et la paix embrasseront ( Psaume 85:10 ). »

A quoi ressemblera la paix ? Quand il y a la paix, personne n’a faim. Quand il y a la paix, personne n’est abandonné à se débrouiller seul. Quand il y a la paix, nous nous soutenons mutuellement. Quand il y a la paix, les différences sont célébrées comme des cadeaux pour le bien de tous. Quand il y a la paix, aucune menace extérieure (bien qu’il puisse y en avoir) ne nous empêche de vivre la vie la plus complète possible. Quand il y a la paix, il y a aussi toutes les raisons de la joie.

Lorsque nous prions pour la paix et que nous nous offrons mutuellement la paix du Christ, nous devenons des canaux de la paix sans fin de Dieu qui réorganise le monde vers la plénitude.

Lorsque nous agissons dans l’esprit du Christ, nous pouvons « semer l’amour là où il y a de la haine, dispenser le pardon là où il y a injure, jeter la lumière là où il y a les ténèbres. En tant qu’instruments de paix et de justice, nous pouvons chercher à remplacer la discorde par l’harmonie et à réparer la brisure qui brise l’intégralité du shalom. »

Les lettres de Paul offrent l’assurance que la paix n’est pas quelque chose que nous devons attendre dans un avenir encore à déterminer. La paix est déversée sur nous par Dieu en ce moment. Les évêques nous rappellent: « Peu importe à quel point les choses vont mal, l’œuvre créatrice de Dieu continue. La résurrection du Christ nous assure que la mort et la destruction n’ont pas le dernier mot. Paul a enseigné qu’à travers Jésus-Christ, Dieu offre la rédemption à toute la création et réconcilie toutes choses, ‘que ce soit sur la terre ou dans les cieux’ (Colossiens 1:20). L’Esprit de Dieu est toujours et partout à l’œuvre dans le monde pour combattre la pauvreté, rétablir la santé, renouveler la création et réconcilier les peuples. »  


Ce contenu a été produit par Ask The UMC, un ministère des communications méthodistes unies.