Other Manual Translations: English 한국어

Prier l’examen: suivre Jésus dans notre vie quotidienne

Les Méthodistes Unis peuvent apprendre à suivre Jésus en pratiquant l’Examen. Photo de Nathalie de France (CC BY 2.0), via Wikimedia Commons.
Les Méthodistes Unis peuvent apprendre à suivre Jésus en pratiquant l’Examen. Photo de Nathalie de France (CC BY 2.0), via Wikimedia Commons.

En tant que disciples de Jésus-Christ, les Méthodistes Unis s’efforcent de le suivre dans tous les aspects de notre vie. Pourtant, beaucoup d’entre nous ont du mal à savoir dans quelle direction Dieu mène dans l’activité de nos routines quotidiennes.

Au 16 e siècle, un prince espagnol que nous connaissons sous le nom d’Ignace de Loyola ressentait la même chose.

« Il a commencé à poser la question : ‘Comment savoir si une pensée, un sentiment ou un désir particulier vient de Dieu ou non ?’ », explique le révérend Dan Wolpert, directeur exécutif et co-fondateur du Minnesota Institute of Contemplation et Guérison (MICAH) et auteur de plusieurs livres sur les pratiques spirituelles chétiennes. « Ignace s’est rendu compte que dans le moment présent, il est incroyablement difficile de savoir si quelque chose est de Dieu ou non. »

Qu’est-ce que l’Examen ?

Ignace, qui fonda plus tard l’ordre des Jésuites (la Compagnie de Jésus), développa une pratique pour l’aider. En repensant à son époque, il a pu discerner plus clairement ce qui était de Dieu et ce qui ne l’était pas. Sa pratique est connue sous le nom d’Examen.

L’Examen est une pratique de discernement, mais pas dans le sens de trouver une réponse particulière à une question spécifique. Au lieu de cela, la pratique spirituelle de réfléchir à notre journée de cette manière « nous conduit à une compréhension beaucoup plus profonde de la façon dont nous orientons notre vie entière vers Dieu», explique Wolpert. Nous discernons la direction de Dieu pour nos vies chaque jour.

Pratiquer l’examen

The Upper Room, un ministère des Ministères de Disciple Méthodiste Uni, partage un processus en trois étapes pour pratiquer l’Examen. Les étapes s’accomplissent dans une attitude de prière, cherchant à tout moment à écouter Dieu.

Commencez par demander à Dieu de vous rappeler le moment de la journée pour lequel vous êtes le plus reconnaissant. Ignace appelait ces événements vivifiants de nos jours des consolations. « Où remarque-t-on les fruits de l’esprit ? », Wolpert clarifie.

Il peut s’agir d’une conversation spéciale, d’un aperçu au travail ou d’une rencontre fortuite avec un étranger. Cela pourrait aussi être un momento de reflexión tranquille, quelque chose que vous lisez ou le coucher de soleil que vous avez remarqué.

The Upper Room conseille: « Respirez la gratitude que vous avez ressentie et recevez à nouveau la vie à partir de ce moment. »

Ensuite, demandez à Dieu de vous rappeler le moment pour lequel vous êtes le moins reconnaissant. Ignace a appelé ces événements des désolations. Wolpert demande : « Où remarquons-nous les fruits des esprits qui ne sont pas le Saint-Esprit ? »

Il peut s’agir d’une erreur d’inattention que vous avez commise, d’un commentaire d’un ami qui vous fait mal quelque part au plus profond de vous-même ou du stress au travail qui vous remplit d’anxiété. Il peut également s’agir de mauvaises nouvelles du médecin, d’une facture inattendue ou d’un chagrin à cause d’une relation rompue.

« Revivez les sentiments sans essayer de les changer ou de les réparer de quelque manière que ce soit», indique The Upper Room. « Respirez profondément et laissez l’amour de Dieu vous remplir tel que vous êtes. »

Enfin, remerciez Dieu pour tout ce que vous avez vécu. Partagez vos idées avec un ami de confiance et enregistrez-les dans un journal.

Lorsque nous prenons note des consolations et des désolations de la journée, nous commençons à vivre notre vie différemment à l’avenir. « Notre vie entière devient de plus en plus remplie des fruits de l’esprit», encourage Wolpert.

A l’écoute de Dieu

Il est important d’aborder l’Examen avec une attitude de prière. Être ouvert à ce que Dieu révèle à travers notre pratique est la clé. Sinon, nos désirs peuvent inconsciemment influencer notre compréhension de la direction que Dieu mène.

« Si nous abordons notre examen des consolations et des désolations avec nos préférences fermement intactes», explique Wolpert, « tout ce qui contredit ces préférences, nous ne le verrons pas». Il faut laisser place à l’Esprit de Dieu pour nous surprendre; être ouvert partout où Dieu peut conduire.

« Suivre la volonté de Dieu n’implique pas nécessairement un résultat particulier», poursuit-il.

Notre objectif n’est pas d’aller quelque part où nous voulons aller, mais plutôt de mieux suivre Jésus partout où il nous mène.

Chaque jour est spécial

Lorsque nous regardons constamment en arrière notre journée à travers l’Examen, nous percevons mieux la direction de Dieu en temps réel.

« Nous commençons à remarquer les fruits, et les consolations et les désolations beaucoup plus rapidement», enseigne Wolpert, « alors ça commence à se sentir et il semble que je remarque que Dieu bouge beaucoup plus dans le moment présent. »

Certains jours peuvent sembler ordinaires, fades ou sans conséquence, mais l’Examen nous rappelle que « Dieu n’est pas loin d’aucun de nous. En Dieu nous vivons, bougeons et existons » ( Actes 17 : 27-28 CEB ).

Dieu nous conduit chaque jour. L’Examen nous aide à suivre.

Joe Iovino travaille pour UMC.org à United Methodist Communications . Contactez-le par courriel.

Cet article a été publié le 22 août 2018.