Other Manual Translations: English Português Español

Respirer en Dieu

Présence, respiration et méditation
Présence, respiration et méditation

Le rabbin Kushner écrit sur la partie la plus sacrée du temple dans son livre God Was in This Place and I, I Did Not Know. (Dieu était dans cet endroit et moi, je ne savais pas).

Il explique que cette salle était si sacrée que seul le Souverain Sacrificateur pouvait entrer, et que ce n’était qu’une fois par an à Yom Kippour. Le prêtre est entré dans la pièce avec une corde attachée autour de lui car s’il tombait mort, personne n’entrerait dans la pièce pour récupérer le corps. Une fois à l’intérieur, le devoir du Souverain Sacrificateur était de dire les quatre lettres du nom de Dieu: Yod Hey Vav Hey.

Le rabbin Kushner explique que la raison pour laquelle le nom de Dieu est imprononçable parce que le nom de Dieu est le son de la respiration. Donc, le Souverain Sacrificateur est passé par un rituel de purification (qui je suppose était plus vigoureux qu’un rituel de purification normal puisqu’il se prépare à entrer dans l’endroit le plus saint sur terre) tout simplement pour respirer en présence de Dieu.

Comment trouvez-vous la présence de Dieu?

J’ai essayé une fois de m’asseoir dans un état méditatif pour me concentrer sur ma respiration. Je suis devenu trop agité et trop conscient de moi-même et… trop ennuyé. Cela semblait être une perte de temps.

N’est-il pas étrange qu’il soit parfois plus facile d’être occupé que de rester immobile et de respirer? (Ou est-ce juste moi…?)

Notre culture semble idolâtrer l’agitation. Plus vous êtes occupé, plus vous semblez important.

Et la vie est occupée.

Tellement de choses à faire.

Tant de délais à battre.

Tant de gens à rencontrer.

Courses à faire.

Réunions auxquelles assister. Et puis plus de réunions. Et puis plus de réunions. Et puis les réunions qui n’ont pas dû être des réunions remplissent notre calendrier.

Nous bougeons, bougeons, bougeons et nous faisons, faisons, faisons.

Mais cela nous coûte cher; sur notre humanité; sur nos âmes.

Nous retournons en Egypte en tant qu’esclaves où notre journée est remplie de travail pour respecter le quota de briques. Brique après brique après brique après brique. Dormir. Réveillez-vous. Brique après brique après brique…

La vie ne devient alors rien de plus que le respect des obligations et la mesure de la quantité que nous produisons. Nous échangeons notre liberté pour les chaînes de l’agitation. Nous retournons en Egypte.

Il n’y a aucune joie à vivre comme ça.

C’est pourquoi Dieu nous rappelle (en fait, nous ordonne) de garder le sabbat (l’acte intentionnel de se reposer du travail pour adorer / se connecter avec Dieu. Les Juifs ont observé le sabbat du vendredi soir au dimanche soir. Les chrétiens utilisent généralement le dimanche comme sabbat) sainte —prendre le temps de nous reposer de nos travaux afin de pouvoir communier avec Dieu: nous rappeler que nous sommes avant tout des enfants de Dieu.

Il faut se rappeler que nous sommes des êtres humains et non des actes humains dont la vie tourne autour de la production et de l’accomplissement.

Le Souverain Sacrificateur ne s’est pas préparé à un rituel élaboré, non pas pour réciter une longue liturgie, mais simplement pour dire le nom de Dieu, qui est le son de la respiration. Le Souverain Sacrificateur passerait son temps dans les endroits les plus sacrés à simplement respirer... Et être.

À quand remonte la dernière fois que vous vous êtes donné la permission de simplement respirer et d’être en présence de Dieu? 

Trouver du repos

Cet acte de sabbat met en pause nos rituels quotidiens de faire (et de faire et de faire) et déplace notre attention vers l’être.

Pourquoi le sabbat est-il si important que Dieu nous l’a donné comme quatrième commandement?

Parce qu’il est facile de perdre notre âme dans notre travail. Il est facile de vivre comme un robot sur une chaîne de montage. Il est extrêmement facile de devenir un être humain.

Le sabbat nous rappelle que notre valeur n’est pas basée sur ce que nous faisons; ce que (et combien) nous produisons; mais que notre valeur vient du simple fait d’être un enfant de Dieu.

Le sabbat nous aide à trouver la beauté qui nous entoure —une grande partie de ce que nous tenons pour acquis. Le sabbat déplace notre attention sur la présence de Dieu qui nous entoure toujours.

L’activité prend la vie.

Le sabbat donne la vie.

Quelles sont les choses vivifiantes que vous n’avez pas pu faire parce que vous étiez si occupé?

À quand remonte la dernière fois que vous vous êtes donné la permission de faire les choses qui vous ont donné la vie? Cela vous a rappelé Dieu?

À quand remonte la dernière fois que vous avez fait une pause et simplement respiré en disant le nom de Dieu Yod Hey Vav Hey?

Explorez d’autres moyens de rencontrer la paix grâce à la présence de Dieu grâce à notre section sur les Pratiques spirituelles


Joseph Yoo est un West Coaster dans l’âme, qui vit heureux à Houston, Texas, avec sa femme et son fils. Il sert à la Mosaic Church de Houston. Retrouvez plus de ses écrits sur josephyoo.com.