Translate Page

Rejetez-vous le mal?

La nature même du mal est lorsque nous présumons que nous-mêmes avons plus de valeur que celui des autres.

C’est cette force qui nous convainc que nous sommes plus importants que notre prochain, plus importants que Dieu. C’est cette force qui nous pousse à croire que nos propres désirs l’emportent sur l’amour, la paix et la justice. C’est cette force qui nous dit que notre valeur est négociable, et c’est à nous seuls de protéger et de défendre cette valeur.

C’est le mal qui pousse l’insécurité: « Votre sécurité viendra de la domination. »

C’est le mal qui harcèle les faibles: « La meilleure chose à faire est d’en menacer un autre. »

C’est le mal qui murmure aux oreilles des perdus: « La seule façon de régler ce problème est de mourir. »

C’est ce dont nous avons été témoins avec une gravité alarmante au cours des derniers mois.

Les événements de Charlottesville, la fusillade de l’église à Antioche, TN, et l’horrible nouvelle de la fusillade de masse à Las Vegas nous laissent tous avec la question sans réponse: pourquoi?

Il n’y a pas de réponse définitive au « pourquoi » de la suprématie blanche, du racisme et de la mort qui pleuvent littéralement sur la tête des innocents.

Il n’y a pas de réponse suffisante à « combien de temps, Seigneur? » alors que nous observons la manifestation quotidienne du mal, sous toutes ses formes, menacent la sécurité des innocents.

Comme l’a dit l’artiste et militante Judy Baca, « La terre elle-même proteste littéralement contre les maux que nous lui avons causés. » Les montagnes s’effondrent, les océans tourbillonnent, les vents détruisent. Même les pierres crient pour protester contre la manière dont nous, toute l’humanité, nous nous considérons comme plus importants que l’Autre —la terre, nos voisins, les générations futures, Dieu Tout-Puissant.

La nature du mal est ce qui nous pousse vers la mort. Le devoir du mal est de s’éloigner de la lumière et de la vérité et de conduire ceux qui sont à sa prise fermement par l’oreille vers le gouffre toujours plus enveloppant de la perte. Il est puissant, convaincant et trop souvent… indiscutable.

Si on nous promet que Jésus est le Chemin, la Vérité et la Vie, alors le Mal est l’exact opposé de cela. Le mal, littéralement, est l’Antéchrist.

Le mal est la mauvaise voie, un menteur amer et la manifestation de la mort.

Mon propre cynisme face à la montée du mal est, en soi, une forme de pouvoir du mal sur moi. J’écoute les paroles des gens qui disent: « Dieu est avec ceux qui ont le cœur brisé », et je sens la colère monter dans mon ventre alors que je doute de la sincérité de l’orateur. Mon propre cynisme m’amène à me sentir insensible aux prières ou à l’utilisation des Écritures. Ces prières peuvent être sincères —qui suis-je pour savoir autrement— mais l’omission d’une vérité profonde dans les sentiments alimente mon indignation. C’est le mal qui se manifeste en moi. Et, pour cela, je suis désolé, et j’avoue à quel point c’est faux.

Alors que faisons-nous? Comment réagissons-nous face au mal?

J’aurais aimé avoir une réponse facile à cela. En tant que ministre chrétien, je vais vous dire que nous croyons en quelque chose de puissant à propos de notre baptême. Dans l’Église Méthodiste Unie, nous posons aux parents de petits bébés une question absurde lorsqu’ils présentent leurs enfants magnifiquement coiffés pour le baptême:

« Au nom de toute l’église,

renoncez-vous aux forces spirituelles de la méchanceté,

rejette les puissances maléfiques de ce monde,

et vous repentir de vos péchés? »

Chaque groupe de parents que j’ai rencontrés répond par un timide « oui ».

Il n’y a pas de meilleure réponse, étant donné que je viens de leur dire que pour procéder au beau sacrement du baptême, qui offre une belle rencontre avec la grâce de Dieu, nous devons savoir qu’ils renoncent avec défi aux forces de la méchanceté et du mal dans le monde, et dans leur propre vie.

Quelle chose radicale est le baptême.

Ce n’est pas une séance photo agréable, avec des générations souriantes autour d’un bébé hurlant et confus.

C’est un gros problème.

Et si, en nous rappelant nos propres baptêmes, nous nous souvenions que nous possédions nous-mêmes le pouvoir de rejeter le mal dans ce monde, sous toutes les formes sous lesquelles il se présente? Et si, en nous rappelant nos propres baptêmes, nous nous souvenions que nous avons le pouvoir de combattre chaque manifestation de méchanceté?

Pensez à ce que nous pouvons faire si nous nous souvenons de nos baptêmes et du jour où ces promesses ont été faites en notre nom?

Cela signifie que Dieu nous a accordé le pouvoir, la dignité et la capacité de défendre ce qui est bon, de servir de bons intendants de la création, d’aimer nos voisins.

Amis, nous pouvons prier. Nous prierons. Nous prions. Dieu tout-puissant, ayez pitié de chacun de nous. Mais nous ne pouvons plus attendre pour FAIRE quelque chose.

Alors, commencez par vous souvenir de votre baptême —revenez à la beauté et à la grâce de ce moment, aux bonnes intentions que Dieu a pour le déroulement de votre vie, et travaillez à partir de là. Priez pour ce que vos prochaines étapes peuvent être, en tant que personne habilitée à dire même à la mort elle-même qu’elle n’a aucun pouvoir.

Aujourd’hui n’est pas un jour pour laisser le mal gagner, et si nous abandonnons, il le fera. C’est pourquoi Dieu nous a appelés à être l’église: parce que nous pouvons être la lumière qui brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne la vaincront jamais, jamais.


Le révérend Mandy Sloan McDow est originaire de Knoxville, TN, servant à la First United Methodist Church de Los Angeles. Mandy détient une ceinture noire de taekwondo, fait de la musique chaque fois que possible et regarde beaucoup de baseball avec ses trois enfants. Trouvez plus de son travail chez Reverend Mama.