Other Manual Translations: English

Confession de foi de l’« Evangelische Gemeinschaft »

Article I : Dieu

Nous croyons au seul vrai Dieu, saint et vivant, esprit éternel, créateur, Seigneur et conservateur de toutes choses visibles. Il est infini dans sa puissance, sa sagesse, sa justice, sa bonté et son amour. Il règne avec sollicitude et grâce pour le bien et le salut des hommes, à la gloire de son nom.

Nous croyons que le Dieu unique se manifeste dans la trinité : Père, Fils et Saint-Esprit, différents mais inséparables, éternellement un en nature et pouvoir.

Article II : Jésus-Christ

Nous croyons en Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai homme, en qui la nature divine et la nature humaine sont unies de façon parfaite et inséparables. Il est la Parole éternelle devenue chair, le Fils unique du Père, né de la vierge Marie par la puissance du Saint-Esprit. Il a vécu en serviteur, il a souffert et est mort sur la croix. Il a été enseveli et est ressuscité des morts. Il est monté au ciel pour être auprès du Père d’où il reviendra. Il est l’éternel sauveur et médiateur qui intercede pour nous et par lequel tous les hommes seront jugés un jour.

Article III : Le Saint-Esprit

Nous croyons au Saint-Esprit, issu du Père et du Fils, les deux ne formant qu’un seul être. Il convainc le monde de péché, de justice et de jugement. Il conduit les hommes par la foi en l’Évangile à entrer dans la communion de l’Église. Il console et fortifie les croyants, les remplit de sa puissance et les conduit à la vérité.

Article IV : Les Saintes Écritures

Nous croyons que les Saintes Écritures de l’Ancien et du Nouveau Testament révèlent la Parole de Dieu indispensable à notre salut. Avec l’aide du Saint-Esprit, elles doivent être acceptées comme règles et guides de foi et de vie. Ce qu’elles ne révèlent ou ne stipulent pas ne peut être érigé en article de foi, ni en enseignement indispensable au salut.

Article V : L’Église

Nous croyons que l’Église chrétienne est la communauté de tous les vrais croyants qui se placent sous la souveraineté du Christ. Nous croyons qu’elle est une, sainte, apostolique et universelle. Elle est la communauté au sein de laquelle la Parole de Dieu est prêchée par des personnes appelées par Dieu et où les sacrements sont administrés correctement selon les ordonnances du Christ. Sous l’influence du Saint-Esprit, l’Église sert à l’adoration de Dieu, à l’édification des croyants et au salut du monde.

Article VI : Les sacrements

Nous croyons que les sacrements institués par le Christ sont symboles et gages de la confession chrétienne et de l’amour de Dieu envers nous. Ce sont des moyens de grâce par lesquels Dieu agit en nous de manière invisible et par lesquels il anime, fortifie et confirme notre foi. Jésus-Christ, notre Seigneur, a instauré deux sacrements, le baptême et la sainte cène.

Nous croyons que le baptême signifie l’entrée dans l’univers de la foi ; qu’il est un symbole de la repentance et de la purification intérieure de tout péché ; qu’il est une représentation de la nouvelle naissance en Jésus-Christ et un signe de la qualité de disciple du Christ.

Nous croyons que les enfants bénéficient de la réconciliation par Jésus-Christ et qu’en tant qu’héritiers du royaume de Dieu, ils peuvent recevoir le baptême chrétien. Par le baptême, les enfants de parents croyants sont placés sous la responsabilité particulière de l’Église. Il conviendra de les éduquer afin qu’ils acceptent le Christ personnellement et qu’ils confirment leur baptême par la confession de la foi.

Nous croyons que la sainte cène est une représentation de notre salut, une commémoration des souffrances et de la mort du Christ, un signe de l’amour et de la solidarité des chrétiens avec le Christ et entre eux. Ceux qui, correctement, dignement et dans la foi mangent le pain rompu et boivent la coupe bénie, participent de manière spirituelle au corps et au sang du Christ, jusqu’à ce qu’il vienne.

Article VII : Le péché et le libre arbitre

Nous croyons que l’homme a perdu sa justice et que, abstraction faite de la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ, il est dépourvu de sainteté et enclin à la méchanceté. S’il n’est pas né de nouveau, l’homme ne peut pas voir le royaume de Dieu. Par ses propres efforts et sans la grâce divine, l’homme ne peut accomplir d’oeuvres bonnes, que Dieu puisse agréer et accepter. Cependant nous croyons que l’homme, influencé et rendu capable par le Saint-Esprit, est responsable d’exercer en toute liberté sa volonté de faire le bien.

Article VIII : Réconciliation par Christ

Nous croyons que Dieu a réconcilié le monde avec lui-même en Christ. Le sacrifice apporté volontairement par le Christ sur la croix est le sacrifice parfait et suffisant pour les péchés du monde entier, sacrifice qui délivre l’homme de tout péché, si bien qu’aucune autre expiation n’est plus exigée.

Article IX : Justification et nouvelle naissance

Nous croyons que nous ne sommes jamais considérés comme justes devant Dieu en raison de nos propres oeuvres ou mérites, mais que, par la seule foi en notre Seigneur Jésus-Christ, les pécheurs repentants sont justifiés devant Dieu et considérés comme justes.

Nous croyons que la nouvelle naissance est le renouvellement de l’homme en vue de la justice par Jésus-Christ, par la puissance du Saint-Esprit, grâce à laquelle nous participons à la nature divine et faisons l’expérience du renouvellement de la vie. Cette nouvelle naissance réconcilie le croyant avec Dieu et le rend capable de le servir de tout son coeur et de toute sa volonté. Nous croyons qu’en dépit de la nouvelle naissance vécue il est possible d’abandonner la grâce et de retomber dans le péché, et que même dans ce cas nous pouvons encore être renouvelés par la grâce de Dieu pour être justifiés.

Article X : Bonnes oeuvres

Nous croyons que des oeuvres bonnes sont les fruits indispensables de la foi et qu’elles suivent la nouvelle naissance. Mais elles ne sont pas capables d’effacer nos péchés ou de détourner le jugement divin.

Nous croyons que des oeuvres bonnes que Dieu, en Jésus-Christ, peut agréer et accepter, ont leur source dans une foi vraie et vivante, car, par elles, la foi se manifeste de façon visible.

Article XI : Sanctification et perfection chrétienne

Nous croyons que la sanctification est l’oeuvre de la grâce divine par la Parole et l’Esprit qui purifient du péché les pensées, les paroles et les actes de ceux qui sont nés de nouveau, et les rendent capables de vivre selon la volonté de Dieu et d’aspirer à la sanctification sans laquelle personne ne verra le Seigneur.

L’entière sanctification est un état de parfait amour, de justice et de vraie sainteté que tout croyant né de nouveau peut atteindre par libération de l’emprise du péché, en aimant Dieu de tout son coeur, de tout son esprit et de toutes ses forces, et son prochain comme lui-même. Ce don de la grâce peut être obtenu en cette vie par le moyen de la foi en Jésus-Christ, de façon progressive ou instantanée. Tout enfant de Dieu devrait le rechercher sérieusement.

Nous croyons que cette expérience ne délivre ni des faiblesses, de l’ignorance et des erreurs inhérentes à l’être humain, ni de la possibilité de continuer à pécher. Le chrétien doit toujours se garder de l’orgueil spirituel. Il recherchera la victoire sur toute tentation de péché. Il doit suivre entièrement la volonté de Dieu afin que le péché perde son pouvoir sur lui et que lui-même domine le monde, la chair et le diable. Ainsi il maîtrisera ces ennemis avec vigilance par la puissance du Saint-Esprit.

Article XII : Le jugement et la vie future

Nous croyons que tous les hommes, aussi bien aujourd’hui qu’au dernier jour, sont soumis au juste jugement de Jésus-Christ.

Nous croyons à la résurrection des morts : les justes pour la vie éternelle et les méchants pour la damnation sans fin.

Article XIII : Le service divin public

Nous croyons que le culte est le devoir et le privilège de l’homme qui s’incline en présence de Dieu dans l’adoration, l’humilité et le don de soi. Nous croyons que le service divin est essentiel à la vie de l’Église et que la réunion du peuple de Dieu pour un tel culte est nécessaire à la communion des chrétiens et à la croissance spirituelle.

Nous croyons que l’ordre du culte ne doit pas être partout le même, mais qu’il peut être adapté par l’Église aux circonstances et aux besoins des hommes. Lors du culte on utilisera une langue et une forme compréhensibles par tous, dans le sens des Saintes Écritures, pour l’édification de chacun et en accord avec le Règlement de l’Église.

Article XIV : Le jour du Seigneur

Nous croyons que le jour du Seigneur est institué par Dieu pour le culte personnel et public, pour le repos par la suspension de travaux non indispensables ; qu’il devrait être consacré à la croissance spirituelle, à la communion fraternelle et au service chrétien. Il rappelle la résurrection de notre Seigneur et est l’image de notre repos éternel. Le jour du Seigneur est essentiel pour la continuité et pour la croissance de l’Église chrétienne. Il contribue aussi, de façon importante, au bien public.

Article XV : Le chrétien et la propriété

Nous croyons que toutes choses appartiennent à Dieu et que la propriété personnelle est un bien légitime et saint, confié par Dieu. Elle doit servir à la pratique de l’amour chrétien et de la générosité, et au soutien de l’oeuvre missionnaire de l’Église dans le monde. Toute propriété, privée, commune ou publique, sera considérée comme bien confié afin d’être géré de façon responsable sous la souveraineté de Dieu au bénéfice de l’humanité.

Article XVI : Les autorités civiles

Nous croyons que les autorités civiles tiennent leurs pouvoirs légitimes du Dieu souverain. En tant que chrétiens, nous reconnaissons les autorités, sous la protection desquelles nous vivons. Nous croyons qu’elles doivent agir sur la base des droits de l’homme pour le respect desquels elles sont responsables devant Dieu.

Nous croyons que la guerre et l’effusion de sang sont contraires à l’Évangile et à l’Esprit du Christ. Nous croyons qu’il est du devoir des citoyens chrétiens de donner à leur gouvernement respectif force et orientation morales par une vie honnête et pieuse.