Skip Navigation

L’Afrique aurait besoin de plus d’évêques, dit le Comité permanent

 

Comité permanent en matière des Conférences centrales

Le 9 février, 2015 - Communiqué de presse

L’Afrique aurait besoin de plus d’évêques, dit le Comité permanent

other languages

Maputo, Mozambique : Dans le cadre de leur réunion au Mozambique cette semaine, les membres du Comité permanent en matière des Conférences centrales ont voté de recommander à la Conférence Générale 2016 l’ajout de cinq nouveaux évêques en Afrique à partir du quadriennat de 2021 à 2024.

La recommandation a été faite après que l’évaluation effectuée par une équipe sur le besoin et le potentiel dans trois régions épiscopales, notamment, le Nord-Katanga, le Sud-Congo et le Zimbabwe, a mis en évidence que le besoin en Afrique dépasse de loin les régions évaluées. Les trois sous-groupes de l’équipe ont effectués les évaluations durant la semaine du 26 janvier. Les membres des sous-groupes ont rencontré les évêques, le personnel, les surintendants de districts, les présidents des hommes méthodistes unis et des femmes méthodistes unies, ainsi que de la jeunesse et des jeunes adultes, les conducteurs laïcs, les autorités scolaires et locales, les pasteurs et les membres des églises locales, entre autres.

La Conférence Générale de 2012 a établi un ensemble de critères pour les régions épiscopales et a demandé que des évaluations soient faites sur le volume de travail d’un évêque lié avant tout au nombre de pasteurs en activité et le nombre de conférences de circuit. Les critères comprennent des autres facteurs tels que la superficie et la diversité de la région, les difficultés de transport, le nombre de langues parlées, le rôle des évêques dans la région et le potentiel de la mission.

L’équipe d’évaluation a conclu que : une recommandation pour une nouvelle région épiscopale pour le Congo serait insuffisante; le besoin pour des évêques supplémentaires en Afrique affecte davantage de régions et de conférences centrales que celles qui venaient d’être évaluées ; et le nombre de membres et les territoires couverts par les conférences centrales les ont rendu dysfonctionnelles.

Par conséquent, le Comité permanent a voté à l’unanimité de planifier, d’organiser et de mettre en oeuvre un plan collaboratif et exhaustif concernant le nombre et les limites des conférences centrales et des régions épiscopales en Afrique.

Le Comité permanent a voté de proposer ce qui suit :

  • Qu’une étude focalisée sur l’Afrique, ses conférences centrales et ses régions épiscopales soit effectuée entre 2017 et 2019 sous la direction du Comité permanent, avec la participation d’une équipe représentative des conférences centrales en Afrique. Cette équipe sera composée de représentants provenant des trente conférences annuelles et provisoires dont les membres seront élus par leurs propres conférences centrales, ainsi que de tous les évêques africains en activité.
  • Que la participation du Comité permanent au sein de ce groupe d’étude soit limitée à dix membres ne provenant pas de l’Afrique.
  • Qu’une pétition législative soit soumise à la Conférence Générale de 2020 recommandant la révision du nombre et des limites des conférences centrales en Afrique ainsi que des régions épiscopales dans chaque conférence centrale, y compris des actions structurantes en vue d’organiser les « séances constitutives » de chaque conférences centrales ainsi que d’augmenter le nombre total de régions épiscopales en Afrique de 13 à 18.

###

Pour de plus amples informations, veuillez contacter l’évêque Patrick Streiff, Président du Comité permanent - bishop@umc-europe.org